De tant d'horreurs mon cœur devint immense

Trois femmes se retrouvent dans une guinguette quelques années après la libération pour exorciser leurs souvenirs de déportation. 

 

J'ai dû ici travailler sur l'ambiguïté d'un espace qui doit représenter à la fois une arrière-salle de bal et un camp de concentration. Le plancher sert tantôt à danser, tantôt d'enceinte infranchissable. Les bancs, tables et tabourets sont légèrement surdimensionnés, sans que cela soit flagrant. Ils placent les personnages en situation d'inconfort. Ainsi les comédiennes paraissent plus petites, prises dans un récit qui les dépasse et les écrase.

"Que pouvons-nous encore faire, en 2013, pour ne pas oublier « que cela fut » ? Je me rappelle Primo Levi et le choc de la lecture. « Vous qui vivez en toute quiétude, bien au chaud dans vos maisons » - « Ici, la vie est facile » dit Marcelle. Après la libération. La vie…[...]

Il y aura toujours à dire, à faire pour parler de cette atroce guerre. Toujours à parler de ces résistants, de ces combattants, de ceux qui ont lutté pour qu’un monde meilleur prenne le pas sur l’horreur. C’est une chance que ce témoignage m’ait été confié. Une chance pour moi d’avoir croisé le chemin de Marcelle, de Gisèle. Gisèle. Une femme si belle. Apprêtée, coquette. Drôle. Vivante. Marcelle. Un caractère. Une force de la nature. Une femme modèle.

 

« De tant d’horreurs mon cœur devint immense » est mon hommage pour ce duo de femmes. Mon hommage d’auteur moderne sur une période de l’histoire qui jamais ne pourra disparaître de la mémoire. Ce spectacle, cette pièce de théâtre parle de 4 femmes, d’une amitié, d’un souvenir qui ne peut leur échapper et qu’elles viennent nous raconter. [...] Rien de ce qu’elles racontent n’est inventé. La fiction est dans le décor ainsi que le personnage rapporté de la musicienne – Lily - qui a été «crée» pour la pièce, personnage inspiré du parcours d’une vraie accordéoniste.

 

« De tant d’horreurs mon cœur devint immense » est un titre emprunté à Marcelle Baron et une pièce tirée du témoignage de Gisèle Giraudeau. Deux résistantes, deux vies qui ont fait trembler la mienne…plus facile, grâce à elles. Cette pièce est une façon de leur dire, merci."

 note de l'auteur, Isabelle Lauriou

 

De Tant d'horreurs mon cœur devint immense - Isabelle Lauriou

Mise en scène : Isabelle Lauriou

Conception : Lucas Thébault

Compagnie du Saut de l'Ange

Paris

2015